L’usage de l’internet

 

10896-peredacha-danniy-po-seti-internet

Comment l’expérience de la classe a-t-elle changé ma façon de penser et d’envisager mon avenir ?

Me voilà de retour pour partager avec vous ma vision de l’avenir grâce à l’influence du cours de Théorie de Média 2.

Après douze séances des cours qui m’ont exceptionnellement marqué et deux moments (première et deuxième réflexion personnelle) comme récit d’apprentissage, je me sens intellectuellement prête à discuter de certains sujets concernant le futur de la technologie.

En 2016, dans ma première publication sur mon Blog, l’homme face à son invention, il y avait des mots clés (invention, développement, destruction) qui m’avaient permis de comprendre et de toujours me rappeler ceci : l’Homme, étant l’inventeur, est aussi l’utilisateur, de ce fait, c’est lui-même qui a la capacité de détruire son espèce, ce qui veut dire qu’une machine ne sera jamais plus intelligente que l’homme quand bien même bien ça joue un rôle indispensable pour l’espèce humaine.

En effet, les concepts vus en classe ont été extrêmement stimulants pour mon apprentissage. Cependant, l’ensemble de ces concepts me ramène vers un seul et unique concept, l’internet et ses utilisateurs. L’internet, étant un réseau informatique mondiale, est constitué d’une multitude des réseaux publics, privés, commerciaux, universitaires, et gouvernementaux (Wikipédia). C’est un réseau qui permet et facilite la correspondance entre différentes entités. L’internet est un réseau qui m’a toujours fasciné depuis mon jeune âge.

Étant une plateforme aussi puissante et large, l’internet doit être contrôlé. De ce fait, son utilisation doit être gérée de façon rationnelle puisque de la même manière que ça permet et allège les innovations technologiques dans le monde, ça peut aussi conduire à la destruction de son utilité d’où la méfiance des utilisateurs comme résultat.

De nos jours, on ne cesse pas d’attribuer l’erreur à l’internet en oubliant que c’est une invention de l’intelligence humaine issue du travail collectif. L’internet, en soi, n’a rien de nuisible, c’est son utilisation qui le devient. Alors, l’usage de l’internet doit être modéré. Ce travail de modération n’en revient pas qu’aux internautes, mais surtout plus aux diverses plateformes qui collecte les données archive des activités de diverses internautes. Grâce à l’internet, on peut facilement retracer notre identité à partir de nos activités, ce qui donne un grand pouvoir aux détenteurs des serveurs de données.

Imaginons les milliers des activités que nous exerçons quotidiennement par l’intermédiaire de l’internet ; des travaux, des achats, des payements, et des inscriptions en ligne sont tous des activités qui exigent la divulgation des informations assez personnelles, tels que l’adresse où nous habitons, nos noms, les informations sur notre méthode de payement, etc. Cependant, ne nous limitons pas seulement sur les informations personnelles, les activités en soi permettent aussi de construire l’information sur notre personnalité, telles que nos intérêts, nos gouts, notre capacité financière, notre location, etc. Nos activités sont donc retracées, décortiquées et conservées.

À présent, grâce au Big data, on est dans l’air du microtargeting. On est capable d’envoyer des messages spécifiques à un public spécifique puisqu’on comprend qu’il y a une grande diversité de besoins dépendamment des intérêts. De ce fait, l’historique de tout ce qu’on fait par internet permet de construire un profil individuel qui nous rend facilement accessibles. Cela semble intéressant en tant que public, parce qu’on est directement dirigée vers ce qui nous intéresse. On n’est plus du tout forcé de fournir autant d’effort concernant la curation de ce que nous importe. Grâce au Big data, cette sélection est facilement réalisée pour nous. Ainsi, les organisations et les institutions savent à peu près ce que leur public veut et comment ils peuvent leur en faire parvenir.

Cependant, ce qui m’impressionne le plus est le fait qu’à partir du Big data les organisations ont à présent la capacité de construire nos besoins, donc nous amener vers un état qui les avantage pour l’élargissement de leur marché économique et c’est à présent pareil pour les campagnes électorales aussi. En effet, cela devient dangereux quand les informations récoltées à partir de nos activités sont utilisées pour construire un public idéal. Les différentes plateformes de réseaux sociaux se doivent de respecter les limites de divulgation des données qui nous expose facilement à ceux qu’ils veulent nous atteindre.

De ce fait, l’intervention du self-sovereign est capitale, parce qu’on doit être à mesure, en tant qu’internautes, de décider sur la quantité et le type d’information personnelle que nous souhaitons divulguer. Nous savons très évidemment qu’avoir un contrôle total sur notre navigation internet est ambigu. Mais, cela n’exclut en rien de participer à l’autogestion de la divulgation de notre identité.

En somme l’usage de l’internet est à la base de bon nombre d’innovation dans l’évolution technologique, économique et mondiale. De ce fait, nous devons constamment nous assurer que son utilisation demeure dans les limites éthiques sur le respect de la vie privée des individus. Comme la machine, l’internet n’est pas dangereux, mais son utilisation par les humains peut conduire à leur propre autodestruction. Il faut qu’on nous donne la capacité de gérer les partages de nos informations personnelles afin de pouvoir aussi maintenir un historique nous informant de leurs circulations.

Encore une fois, je tiens à remercier le professeur Pierre Levy de nous avoir donné l’occasion d’approfondir notre apprentissage en temps réel.

Et un grand merci à tous les étudiants qui ont participé à la construction et au développement de l’intelligence collective #UOTM18.

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s